jump to navigation

NON, je ne regretterai pas Chirac 17 mai 2007

Posted by Maitredeconf' in politique.
trackback

C’est à la mode depuis hier. Enfin je l’ai beaucoup entendu et lu sur différents blogs. Depuis l’accession au pouvoir du Présinain, il nous faudrait regretter notre Chichi adoré, celui qui aimerait tant qu’on le voit en grand-père de la Nation. On oublie facilement la vacuité du bilan de notre cher (ex)-président, et surtout ses lourdes responsabilités dans la crise du politique dont on subit aujourd’hui les conséquences. Plus de 30 ans passés en Politique, à louvoyer, trahir, renier ses propres engagements, changer radicalement de politique sans autre conséquence que l’air du temps. C’est Chirac l’ultrakeynesien de 74 qui nous explique en 86 que notre salut viendra de l’ultralibéralisme, avant de nous jouer avec tout son talent larmoyant le coup de la fracture sociale pour finalement mener une vrai politique balladurienne. Celui qui pourra m’expliquer la cohérence politique de ce cher Monsieur aura tout mon respect. Alors forcément, Chichi est sympathique, on nous l’explique depuis le fameux « mangez les pommes » des guignols. On oublie que finalement, Sarko et Chichi se ressemblent beaucoup plus qu’on veut nous le faire croire. Reprenez le Chirac de 86, vous verrez les mêmes traits d’énergumène excité, instable. 1995, c’était le plus formidable coup de communication politique, mais c’était aussi la mort du Politique.  C’est la confusion idéologique théorisé. C’est le brouillage des clivages. C’est les affaires aussi et cette bonne pensée populaire qui voudrait que « puisque tous les hommes politiques sont pourris, autant en prendre un sympa (et réelire Chirac en 2002) ». Chirac, c’est aussi l’instrumentalisation de la sécurité, de l’attaque en règle contre Jospin lors de son discours du 14 juillet 2001, au 21 avril 2002.

Mainenant, on a le droit à Sarkozy, la Gauche se déchire. Et Fillon, l’homme de la réforme des retraites et des lois Fillon dans l’éducation (les lycéens s’en souviennent encore) devient notre premier ministre.. Et ça, c’est une autre histoire..

Commentaires»

1. Lancelot - 17 mai 2007

Je fais partie de ceux nostalgiques de Chirac : par relativité face au nouveau. Et parce que j’ai passé la moitié de ma vie avec lui comme président !

Souviens-toi du discours de Chirac à la mort de Mitterrand ; il fut très class, alors qu’adversaires de toujours. On peut avoir une pensée sympathique pour l’homme sans soutenir ses combats et idées.

2. remibaz - 17 mai 2007

heu oui mais là, il n’est pas mort Chirac..

3. Wince - 18 mai 2007

tout a fait d’accord. Sous le prétexte qu’il est vieux et qu’il a l’air sympa, on oublie un peu vite comment Chirac a pourri la vie politique française depuis 30 ans. Le « la droite et la gauche c’est pareil », et l’absence de vrai débat qui en résulte, c’est quand meme bien à lui qu’on le doit.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Wikio

  • %d blogueurs aiment cette page :