jump to navigation

Qui « prend en otage » qui? 21 novembre 2007

Posted by Maitredeconf' in politique.
Tags: , , , , ,
trackback

Pas une journée sans l’entendre dans les médias. Ces micro-trottoires d’usagers fatigués d’être constamment « pris en otage » par les mêmes. Suivez-mon regard. Les mots ont un sens et les mots sont durs mais peu importe. Tous les moyens sont bons pour utiliser l’exaspération du travailleur devant se coltiner ces 5 heures de galère quotidienne à des fins politiques.

Entendre Nicolas Sarkozy reprendre cette terminologie a quelque chose d’indécent.

Prenant clairement partie pour les « millions de Français » qui « sont exaspérés d’avoir le sentiment justifié d’être pris en otage », le Président s’est montré comminatoire: « Il faut savoir terminer une grève. » Les Français qui ont défilé, « la minorité » selon ses mots, devront repasser…

Rue89 « Sarkozy bombe le torse face aux grévistes » 

Parceque le fait que la grève dure est pénible, tant pour les usagers que pour les grévistes qui, doit-on le rappeler, ne sont pas payés lorsqu’ils font grève. Et que cela ne fait plaisir à personne de devoir continuer un mouvement dans ces conditions. On voudrait juste que quelqu’un rappelle à M. Sarkozy que « la prise d’otage » était prévisible depuis la première journée d’action le 18 octobre mais qu’à ce moment là, le gouvernement avait préféré jouer au gros bras et refuser toute forme de négociation. On voudrait également rappeler que la CGT a accepté dès le premier jour du mouvement (il y a tout juste une semaine) une négociation entreprises par entreprises et on se demande pourquoi  ces négociations ne commencent qu’aujourd’hui? On a la vague impression que les usagers se sont également fait « prendre en otage » par un gouvernement jouant la montre bien décidé à humilier le mouvement social et profité de la toute relative impopularité de ce mouvement, pour mettre au pas les organisations syndicales en vue de réformes futures (le contrat unique, la réforme de la sécu, sans parler de la réforme des retraites dans le privé). On a la très désagréable impression que le gouvernement a tout fait pour faire durer cette grève jusqu’à l’exaspération. Ne serait-il pas possible également d’expliquer cela aux usagers? Rappeller les phrases guerrières d’un gouvernement refusant toute négociation pour mieux devoir gérer un conflit social dur? Demander pourquoi il accepte ce qu’il refusait il y a une semaine encore? Demander des comptes à un gouvernement qui s’il avait appliqué ces préceptes de dialogue social aurait pu permettre d’éviter cette grève longue? Les fameux « preneurs d’otages » ne sont pas ceux qu’on croit: il s’agit du gouvernement et au premier chef de Nicolas Sarkozy qui cherche à utiliser cette grève comme acte fondateur de sa prétendue rupture néo-conservatrice. Les usagers apprécieront.

Et à regarder cette une du Parisien, il semble qu’ils soient nombreux à servir la soupe du président Sarkozy…

Publicités

Commentaires»

1. Emmanuelle - 21 novembre 2007

Et surtout… Oser parler de prise d’otage à quelques minutes d’un rendez vous avec la famille Bétancourt, ça frise l’indécence…

2. Nicolas - 22 novembre 2007

Parfaitement d’accord avec toi Rémi.
Et avec Emmanuelle aussi.

3. Actu Politique - 23 novembre 2007

Rien ne l’arrête, même l’indécence et le mensonge…

Il a été élu sur le populisme, il poursuit.

4. artificier - 23 novembre 2007

Tout à fait d’accord.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Wikio

  • %d blogueurs aiment cette page :